*Les effets secondaires des vaccins sont fréquents
Vrai, mais ça dépend lesquels. D'après les données publiées par les laboratoires, la majorité des effets secondaires sont principalement d'intensité légère ou modérée et comprennent le plus souvent de la fatigue, des frissons, une douleur ou rougeur au point d'injection, des myalgies, des maux de tête ou même de la fièvre, avec des fréquences variables.

*Les vaccins ont des effets long terme que l’on ne connaît pas
Vrai, mais ils sont très rares. « On s'accorde à penser que des événements graves peuvent survenir jusqu'à six mois après une vaccination, et il peut exister des effets secondaires très rares que l'on ne verra pas tant qu'on n'aura pas vacciné un très grand nombre de personnes »

Comme tout médicament, les vaccins présentent des effets indésirables. Le tout est de peser l'analyse risque-bénéfice. « Au cours des prochains mois, vous aurez le choix simple entre vous protéger, protéger vos proches et la communauté d'une maladie hautement transmissible et mortelle, et quelques jours de désagrément », résume Matthew Woodruff.

" />
Menu
FRUKDE
société des amis de Pasteur
" Jeunes gens ! Ne vous laissez pas atteindre par le scepticisme dénigrant et stérile, ne vous laissez pas décourager par les tristesses de certaines heures qui passent sur une nation ! "

dimanche 10 janvier 2021

Le saviez vous?Vaccins anti-Covid-19 : le vrai et le faux


Vaccins anti-Covid-19 : le vrai et le faux des effets secondaires. Futura Santé 15/12/20

*Les vaccins à ARN induisent une modification du génome
Faux. De nombreux internautes sur les réseaux sociaux s'interrogent sur le fonctionnement des vaccins à ARN, se demandant si la séquence d'ARN ne peut pas s'introduire dans la cellule et entraîner une modification génétique. Ce phénomène est pourtant rigoureusement impossible.
« On n'est pas dans la thérapie génique.L'ARN messager ne rentre pas dans l'ADN humain », insiste le Ministre de la santé Olivier Véran.
« La technologie ARN messager ne permet pas la transcription d'un message génétique, confirme dans La Montagne l'immunologiste Cecil Czerkinsky. Il ne peut donc pas s'intégrer au génome de l'hôte.

*Les vaccins contiennent des adjuvants dangereux
Vrai et faux. Les vaccins à ARN (Pfizer, Moderna) ou adénovirus (AstraZeneca et Johnson & Johnson), qui seront les premiers disponibles, n'ont pas besoin d'adjuvants.
Ceux-ci sont en revanche nécessaires pour améliorer l'efficacité des vaccins classiques (vaccins inactivés ou vaccins à protéine recombinante), en stimulant la réponse immunitaire innée.
« Les morceaux de l'agent pathogène ne contiennent souvent pas les signaux de danger nécessaires pour stimuler une forte réponse de la mémoire immunitaire. Par conséquent, ils doivent être complétés par des "signaux de danger synthétiques" qui sont les adjuvants », explique Matthew Woodruff, immunologiste l'université Emory (États-Unis).

*Les effets secondaires des vaccins sont fréquents
Vrai, mais ça dépend lesquels. D'après les données publiées par les laboratoires, la majorité des effets secondaires sont principalement d'intensité légère ou modérée et comprennent le plus souvent de la fatigue, des frissons, une douleur ou rougeur au point d'injection, des myalgies, des maux de tête ou même de la fièvre, avec des fréquences variables.

*Les vaccins ont des effets long terme que l’on ne connaît pas
Vrai, mais ils sont très rares. « On s'accorde à penser que des événements graves peuvent survenir jusqu'à six mois après une vaccination, et il peut exister des effets secondaires très rares que l'on ne verra pas tant qu'on n'aura pas vacciné un très grand nombre de personnes »

Comme tout médicament, les vaccins présentent des effets indésirables. Le tout est de peser l'analyse risque-bénéfice. « Au cours des prochains mois, vous aurez le choix simple entre vous protéger, protéger vos proches et la communauté d'une maladie hautement transmissible et mortelle, et quelques jours de désagrément », résume Matthew Woodruff.

Retour à la liste des actualités

dimanche 10 janvier 2021
09
jan.