Menu
FRUKDE
société des amis de Pasteur
" Jeunes gens ! Ne vous laissez pas atteindre par le scepticisme dénigrant et stérile, ne vous laissez pas décourager par les tristesses de certaines heures qui passent sur une nation ! "

Tannerie

Une maison de tanneur

Peu après son mariage avec Jeanne-Etiennette Roqui, en 1816, Jean-Joseph Pasteur, le père de Louis Pasteur, trouve une place pour exercer son métier de tanneur, à Dole dans la tannerie de Monsieur Clerc, qu'il a rencontré lors de sa carrière militaire. Ouvrier tanneur, il s'installe avec son épouse dans la maison, au coté de deux autres familles.

La maison natale offre un excellent témoignage de ce qu'est une maison de tanneur. Du côté du canal au rez-de-chaussée, les caves ouvrent directement sur l'eau. C'est là que sont installées les cuves et les fosses à tan. Au-dessus se trouvent les magasins et l'atelier de corroyage. Les pièces d'habitation sont au deuxième étage. Enfin les séchoirs couronnent le bâtiment. On conserve encore quelques séchoirs à Dole : celui de la maison natale et des maisons voisines.

Une maison de tanneur

Tanneur, un métier artisanal

Tanneur, un métier artisanal

Les peaux de bête sont achetées à la boucherie, c'est à dire les abattoirs, situés à l'origine Place Nationale puis Place aux Fleurs en 1422, Place Garibaldi au XVIIIesiècle. Ces peaux sont d'abord trempées dans le canal pour être débarrassées des restes de viscères (déssaignage).

Ensuite, elles sont passées dans un bain de chaux vive (pelanage) puis les poils et les chairs sont grattés (épilage). Toutes ces opérations sont appelées "travail de rivière" car elles demandent beaucoup d'eau.Ensuite, le tanneur place les peaux dans un jus tannant, obtenu par macération d'écorces de chêne, pour les faire gonfler. Les peaux sont placées dans des fosses avec du tan, c'est la préparation chimique du cuir. Les fosses de la maison natale peuvent contenir de 80 à 100 peaux, le tan étant produit par les écorces de chênes de la forêt de Chaux.

Le cuir est ensuite lavé et rincé abondamment puis séché au grenier.

Assoupli et lissé, dans l'atelier de corroierie, il est vendu aux maroquiniers, cordonniers, bourreliers...